Bon
5 avril...
Il me coûte d'écrire ce billet.
Ceux qui lisent régulièrement ce blog savent à quel point ma vie "de couple" est inexistante. On vit avec ma femme d'une façon très artificielle. Depuis des mois, c'est chambre à part et no sex depuis... des années. Il s'est ainsi créé une sorte d'équilibre, de "modus vivendi". Mais sans plus aucune affection ni complicité. Pour résumer la situation crument, je lui apporte un confort matériel (je travaille, elle pas) et elle m'apporte un confort domestique (je sais c'est très macho mais c'est comme ça).
Notre vie est parfois entrecoupée de violents orages comme celui qui a éclaté il y a deux jours. Pour une raison complètement con (une histoire de plat que je ne voulais pas finir je crois) la situation c'est envenimée et j'ai fini par sortir de mes gonds comme je ne l'avais jamais fait. On a du m'entendre hurler dans tout le quartier. J'ai attrapé un couteau que j'ai planté dans la table puis j'ai écrasé mon assiette sur celle ci. J'ai fini par tirer sur la nappe en projetant au sol, sur un mur et même au plafond tout ce qu'il y avait dessus. Résultat 4 assiettes, 3 verres, un dessous de plat, une nappe foutus ainsi que 2 heures de nettoyage des dégats causés aux murs et au parquet.
Les plus adultes dans cette histoire furent les enfants qui bien que terrorrisés ont réussi à me calmer, me suppliant d'arrêter tout ça.
Bref j'ai complètement perdu le contrôle de mes réactions. Et maintenant je n'ose plus croiser le regard du voisinage...
Ma femme a le triste privilège d'être la seule personne à pouvoir déclencher chez moi ce genre de réaction.
A chaque fois j'ai l'impression que les dégats sont plus importants et que ma fureur est plus destructrice...
Je n'ai pour le moment jamais causé de domage corporel vu que je parviens à orienter cette folie destructrice sur des objets.
Mais j'ai peur de ce que sera la prochaine fois.
Dans ma colère j'ai clairement indiqué à ma femme que non, je ne l'aimais plus et que je savais que c'était réciproque, que je ne voulais plus de cette vie , que je voulais qu'on se sépare ce qui tombait bien vu le danger que mes colères lui font courir...
Depuis deux jours le calme est revenu. Nos échanges sont rares mais il semble que chacun tache de ménager l'autre. Ma femme comme chaque fois en cette circonstance parle aux enfants de façon plutot aimable, mettant de côté les habituels et incessants reproches qu'elle leur adresse habituellement...
C'est donc le retour du calme apràs la tempête... mais jusqu'à quand...
J'ai honte et j'ai peur de mon comportement... honte vis à vis du voisinage, honte surtout vis à vis des enfants devant qui s'est déroulée cette scène et qui resteront probablement marqués par cet épisode... Honte de ne pouvoir maitriser ma colère et de devenir violent au risque d'un jour blesser quelqu'un...
Je ne sais pas comment sortir de cette situation, comment organiser une éventuelle séparation (provisoire au moins).
Le sujet de la séparation n'est jamais abordé hormis par moi même pendant ces épisodes de colère... Ensuite je ne me vois pas évoquer le problème entre la poire et le fromage (du genre "au fait quand est-ce qu'on divorce?").
Bref, je me sens un peu pris au piège, obligé à assumer une situation qui est parfois insupportable...
Je n'écris pas ce billet pour demander de l'aide mais pour extérioriser l'angoisse qui nait de ce nouveau naufrage...