On sait qu'il ne pense ni au bonheur de sa femme, ni à celui de ses enfants, mais pense-t-il au moins au notre? ;o)

Bon...
Voila un fragment d'un commentaire laissé à propos de mon avant dernier billet...

Cher Haysi...

J'ai échoué à faire le bonheur de ma femme et j'en suis bien conscient. J'accepte par contre difficilement qu'on puisse me reprocher d'être indifférent à celui de mes enfants.

Ce blog est une partie de ma vie mais il n'est pas toute ma vie. Je ne passe pas mon existence entre mon jardin, mon ordinateur et mon "placard doré" (lequel au fait?). Tu ne disposes donc pas de tous les éléments pour lancer ce genre d'affirmation, à moins que tu ne penses me connaitre mieux que je ne me connais moi même...
Je ne veux pas avoir l'air de me justifier mais je ne pense pas être un mauvais père. J'ai honte de ce que je leur ai imposé la semaine passée et ils le savent.
Je ne vais pas établir ici la liste de ce qui fait que je suis ou non un "bon père" pour mes enfants. Je n'ai pas le goût de l'auto promotion du moins dans ce domaine. En général, je consacre peu de billets de ce blog à ma famille. Je parle parfois des relations difficiles au sein de mon couple mais rarement de mes enfants.
L'épisode que j'ai relaté dernièrement reste une exception (et le restera probablement, du moins je l'espère). Si j'ai ecrit ce billet c'est que j'en ai ressenti le besoin, c'est qu'il fallait que "ça sorte".
Il n'y a heureusement pas de relation de proportionalité entre la place qu'occupent mes enfants dans ce blog et celle qu'ils occupent dans mon coeur (je sais dit comme ça ça fait con mais bon...).

Sinon à propos de l'absence de "feedback" aux commentaires laissés par les lecteurs, je fais amende honorable. Je ne répond pas assez à ces commentaires, négligeant ainsi peut être ceux qui ont pris le temps de les écrire. Ce qui est paradoxal c'est que mon blog ne vit que grâce à ces commentaires.
En écrivant ce billet, inspiré par un commentaire, j'espère entamer ici une forme de rédemption.

PS: je parlerai de jardinage la prochaine fois.