10 Décembre 2007 :
«Le colonel Kadhafi doit comprendre que notre pays n’est pas un paillasson, sur lequel un dirigeant, terroriste ou non, peut venir s’essuyer les pieds du sang de ses forfaits. La France ne doit pas recevoir ce baiser de la mort.»

ramyad

Rama Yade

La secrétaire d"état aux droits de l'homme est la seule à exprimer directement son opposition à la venue de Khadafi à Paris.
Sur mon lieu de travail, à l'heure du café, propice aux commentaires sur l'actualité, j'ai exprimé le dégout que m'inspirait l'attitude de Sarkozy en recevant en grande pompes le "guide" Lybien qui justifiait hier encore le recours au terrorisme. Mal m'en a pris ! tout le monde trouve cela normal. A l'heure où le chômage gagne, ou le pouvoir d'achat baisse, où l'euro et le pétrole grimpent, il ne faut pas manquer une occasion de gagner des parts de marché en Lybie, en Chine, en Russie... parts de marché qui de toutes façon seraient récupérées par les concurrents Allemands, Britaniques ,Américains... pourquoi donc s'embarrasser de considérations humanitaires ?
Pourquoi risquer de perdre des contrats militaires ou civils garants de notre future prospérité ?
Je me suis senti bien seul avec mes idées chiantes sur les droits de l'homme, sur le devoir de mémoire et le respect dû aux victimes des attentats de Lockerbie, de l'UTA, et de la dictature lybienne...
Je me demande si le président Français ne confond pas son pays avec une dame de petite vertu qu'on mettrait sur le trottoir pour gagner du pognon fûsse-t-il celui des clients les moins recommandables...