18 juillet.
Pas de mise à jour depuis mon dernier billet. J'ai lu les commentaires qu'il a suscité et répondu à la suite de ces commentaires, mais la réponse n'est pas apparue (j'ai du effacer le message en pensant l'expédier).
Tout d'abord merci pour ces commentaires. Certain(e)s me conseillent d'interrompre mes relations avec ma femme, d'autres me suggèrent de faire la paix... tous cherchent à m'aider et je les en remercie.
Je ne demandais à vrai dire aucun conseil. J'ai écrit ce billet pour me vider un peu l'esprit, parce que j'en avais besoin... C'est l'avantage de ce blog qui fait office de journal intime, ouvert pourtant sur le monde entier par la "magie" du net. Je n'ai aucune solution à mon problème actuel car ce n'est pas mon problème c'est notre problème et que les décisions doivent se prendre à deux (voire à quatre vu que les enfants sont concernés). Si ma femme me proposait une séparation j'accepterais (presque avec joie), mais lorsque le sujet fut abordé elle m'a déclaré qu'elle "coulerait" en cas de séparation, ce dont je ne doute pas... Trop fragile physiquement et psychologiquement et matériellement trop dépendante de moi (ce dont je ne me vante pas, mais c'est un fait).
Actuellement les choses reprennent leur cours. Chacun a essayé d'être gentil et de bonne volonté, de mettre en œuvre les bonnes intentions déclarées à la fin du conflit. Seulement le quotidien et le naturel reviennent au galop. Jusqu'à la prochaine fois... Je n'ai pas trop le cœur à causer du jardin, de la gym, du (cyber) sexe, de la politique, de ce que je ferai demain ou ce weekend, de mon adhésion ratée à une complémentaire santé ou du fait que je suis allé travailler aujourd'hui avec deux chaussures différentes.
J'ai fini de lire "La valse lente des tortues" et j'ai commencé le dernier roman de Fred Vargas, que je trouve moins savoureux que le dernier (mais je pense que cela vient de mon état d'esprit).