12 décembre 2008.
Froid et soleil d'hiver.
L'actualité politique être difficile pour certaines futures "ex" stars du gouvernement. Rama et Rachida ne seraient plus en odeur de sainteté auprès de la présidence.
Je me rappelle avoir "loué" dans ce blog, il y a déja un bail, la franchise de Rama Yade qui avait dit ce qu'elle pensait de la visite de Khadafi... et ça ne m'arrive pas souvent de dire du bien d'un membre du gouvernement...
Les récents propos de Kouchner à propos de son secrétariat d'état risquent bien de ce retourner contre son auteur et la belle Rama risque bien de quitter le gouvernement la tête plus haute que lorsqu'elle y est entrée.
Rachida Dati, ne m'inspire pas vraiment la même impression. Propulsée à la tête d'un ministère prestigieux mais désargenté, elle a exécuté (avec beaucoup de zèle) le sale boulot qu'on lui avait demandé de faire, se mettant à dos toutes les professions dont elle avait la tutelle. Comme elle n'a pas pu s'empêcher de succomber aux chants des sirènes médiatiques, elle se retrouve maintenant exposée à tous les vents de la vindicte populaire et médiatique, dépourvue de toute la protection que lui offrait jadis son président...
Je n'éprouve pas vraiment de sympathie pour le personnage public qui a largement contribué à creuser sa tombe, mais j'ai du mal à apprécier l'atmosphère de lynchage qui l'entoure désormais... la presse qui l'a portée aux nues au début de son exercice, séduite par le double symbole quelle incarnait en tant que femme issue des "minorités visibles", la descend maintenant en flammes. Je doute qu'elle ne trouve dans le gouvernement beaucoup de pompier pour éteindre le bûcher...