5 décembre.
Il est 16 heures. Il fait gris, humide, frais. Pas vraiment un temps à trainer dans le jardin. Pas un temps non plus à trainer dans les magasins. Les ambiances "prénoël" me font fuir. J'ai essayé de me rendre utile en peignant en gris un petit meuble de salle de bain que je dois ensuite placer sous le lavabo des WC... La surface du meuble est lisse et la peinture s'y accroche mal. Le pinceau laisse des stries, le rouleau glisse sans rouler. Il faudra une deuxième couche.
Je n'ai pas attrapé la grippe A, je n'ai pas fait de séjour en réanimation, je ne reviens pas de tel ou tel pèlerinage et je n'ai donc aucune excuse valable pour expliquer le fait que le dernier billet date du 18 Novembre.
Bientôt les régionales. La droite nous ressort les bonne vieilles recettes d'antan, celles qui lui ont permis de reprendre la main en 2002. La sécurité, l'identité nationale, l'immigration, le mérite sont donc exhumés des placards, un peu comme ces guirlandes de noël que l'on sort de leur boite après un an d'oubli. Pour décorer le sapin on achète cependant chaque année un article nouveau. L'identité nationale, la burka, les minarets suisses sont les nouveaux produits électoraux de l'année.