21juillet
Beau temps (enfin.)
Que raconter depuis mon dernier billet ? Je ne sais pas je ne sais pas d'ailleurs si quelqu'un lit encore ce blog que je laisse en friche. Je ne sais pas si Dom qui "gère" ce blog peut me renseigner... Si j en juge par le nombre de commentaires, je ne dois pas culminer au sommet des blogs les plus lus... Peut importe cependant... Je suis mal place pour me plaindre vu le peu de cas que je fais de ce blog et l'absence de réponse que je fais à ceux qui ont la gentillesse de laisser un mot...
J'ai eu pas mal de boulot ces derniers jours et j ai travaillé tout le week-end dernier. J ai déserté jusqu'à ce matin la salle de sport ou je ne suis reste qu'une heure...
Cet après midi j'ai tendance à me trainer d'un ordinateur à l'autre, de glander devant la télé et de me morfondre sur ce blog...
Je suis aller m'occuper du jardin avec un certain sentiment de culpabilité : l'autre jour je suis parti ramasser des haricots verts et des courgettes. Je n'étais pas allé au jardin depuis plusieurs jours et j'ai trouvé des légumes trop gros impropres à toute consommation. Une précédente récolte séchait depuis plusieurs jours sous la véranda, faute d'avoir suscité le moindre intérêt de la part de ma femme qui méprise de plus en plus ouvertement tout ce que je peux ramener du jardin... j'ai rageusement arraché tous les plants de haricots verts et de courgettes et jeté ostensiblement les légumes entreposés dans la véranda par la fenêtre (côté jardin, pas côté rue!).
La semaine dernière j'ai été réveille par les voisins qui avaient été alertes par un bruit dans la rue. Ce bruit que j'avais entendu et pris pour une chute de poubelle était celui provoque par l' éclatement des vitres arrière de ma voiture, traversée de part en part par une grosse pierre gentiment envoyée par un vandale inconnu. Aujourd'hui, la voiture est réparée et une plainte à été déposée. Je me demande encore si ce geste était gratuit ou si cela vient d'une personne qui m'en voudrait...
Voilà... La rédaction de ce billet m'a occupé pendant une dizaine de minutes entrecoupée d'une dispute avec ma femme qui me reproche de faire la gueule...
À défaut de qualité voilà la quantité.