30 janvier 2013
De retour de mon périple méridional. Parti vers 13 heures je suis arrive à 19 h 30 a bon port après avoir chargé et déchargé en cours de route deux covoitureurs.
J'ai paraît il contribué a ne pas émettre quelques quintaux de CO2.
Le résultat de cette expédition n'est pas connu. J'ai rencontré les personnes que je devais rencontrer. Le contact fut cordial. Mais je n'en sais pas davantage...
Pour des raisons de date publication de poste, je ne pourrai de toute façon pas postuler avant octobre prochain alors que je comptais le faire en avril. Cela repousse de six mois mon éventuel départ. Je ne sais pas si je dois m'en réjouir ou m'en inquiéter. Je crois que je m'en inquiète...
Durant mon voyage retour j'ai eu tout loisir d'écouter a la radio ces histoires autour de la fameuse " circulaire" Taubira qui demande aux préfectures de fournir aux enfants nés a l'étranger par GPA un certificat de nationalité française des lors que l'un des parents est français.
On peut certes regretter le timing, mais la réponse est claire et nette : des lors que l'un des parents est français, l'enfant né à l'étranger est français. Les préfectures n'ont pas a refuser la délivrance de ce certificat même si l'enfant est issu d'une GPA.
La loi interdit la GPA en France mais n'interdit pas aux couples de la pratiquer a l'étranger.
La droite qui crie au scandale ne propose rien pour ces enfants dont certains se retrouvent apatrides. Elle qui prétend défendre l'intérêt de l'enfant veut lui faire payer son mode de procréation.
La droite, qui sait tout, n'a pas légiféré sur ces sujets pendant les nombreuses années ou elle était aux affaires. Elle aurait pu modifier le code de la nationalité, elle aurait pu interdire ( et sanctionner) la pratique de la GPA dans les pays étrangers... elle aurait pu modifier la constitution pour permettre l'organisation de référendums sur ces sujets...