Journal d'un Egoïste

Calendrier

« août 2007 »
lunmarmerjeuvensamdim
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031

Syndication

jeudi 30 août 2007

Le gras sur la balance...

Bon
26 août.
Pas grand chose à raconter.
Bloqué chez moi par le boulot donc je suis pas sorti et j'ai rien fait d'interessant.
J'ai surfé sur les blogs habituels. Demain une nouvelle semaine de boulot recommence en attendant le prochain week end. J'essaie de reprendre la gym cette semaine si j'en ai le temps car j'y suis plus retourné depuis un mois. Je redoute le verdict de la balance et du taux de matière grasse...

jeudi 23 août 2007

Vive l'ethernet...

Bon...
23 aout.
Pas grand chose à raconter de plus. Je sais pas s'il y a un lien mais depuis que notre président bien aimé a été élu il fait un temps pourri... Remarque que lui il s'en tape puisqu'il se fait offrir des congés par de riches familles amies (totalement désintéressées bien sur!!!).
Sinon je suis en train d'essayer de transférer des données depuis mon portable (qui tourne sous XP) à mon ordinateur de bureau tout beau tout nouveau qui tourne sous Vista...
Ben c'est pas évident. J'ai acheté un cable ethernet (à carrefour 7 euros au moins) pour me rendre compte que j'en avais déja un dans l'emballage de la live box louée la semaine passée. J'ai connecté les deux ordi ensembles. Résultat : Rien !
J'ai activé un programe de transfert de fichier : résultat : Rien. J'ai embêté Dom à l'heure du repas pour qu'il m'explique comment faire mais j'ai vite été largué.
Pourtant je sais qu'on peut accoupler (oh ouiiiiii!!!) deux ordi pour qu'ils partagent leurs fichiers soit par l'intermédiaire d'un cable soit par celui d'un lien wifi mais je n'y connais rien en pratique. Je trouve que les marchands d'ordinateurs et windows auraient du prévoir les difficultés générées par les modifications de systeme d'exploitation. Remarque qu'ils l'ont fait en vendant (41 euros sur carrefour ) un cable usb spécial xp vista qui permet de faire ce transfert, ce qui est un aveu implicite de la difficulté à faire ces transferts d'une autre manière... Comme quoi il n'y a pas de petit profit... à ce prix la je sens que je vais achéter une carte Sd de 2 ou 3 gigas et que je transfererai à la main par petits bouts (de toute façon y a pas des tonnes de fichiers a transférer...)
Bon si dom ne publie pas ce billet trop tôt je joins une image puisque vous avez laissé plein de commentaires.

photo018

mardi 21 août 2007

Films très chauds...

Bon...
21 aout.
Un petit billet pour remercier Dom des renseignements précieux qu'il m'a donnés hier. J'ai ainsi découvert que je pouvais stocker des données sur la deuxième moitié du disque dur de mon portable, lequel est partitionné (je sais pas si on dit comme ça). Ca me permetttra de défragmenter la premiere moitié du disque qui est pleine à craquer et que je vais pourvoir alléger un peu.
Merci aussi à Dom de m'avoir donné le lien permettant de télécharger VLC, un lecteur de dvd qui me permet de visionner des fichiers images que Windows media player est incapable de lire (notament les films très très chauds dont il m'a envoyé copie sur cd il y a quelque temps déja.

photo17

dimanche 19 août 2007

Veille de reprise...

Bon... 19 août
Veille de reprise du boulot...
Ce long dimanche s'étire donc... Je traine un peu désoeuvré. Pas envie de sortir (pour aller où ? tout est fermé et il fait pas très beau) alors je traine sur le net. Je cause à un contact sur messenger et j'écris de koi nourrir un peu ce blog...
Dans quelques jours, je serai à nouveau emporté par le flot quotidien du travail, du stress qu'il génère...
J'espère que la salle de gym sera ouverte car je n'y suis plus allé depuis près d'un mois... je sens que la reprise va être difficile...
Bon allez, je mets une pic pou égayer ce triste billet.

photo15

samedi 18 août 2007

1998, Marc...

1998
Je découvre avec l'achat de mon premier ordinateur communiquant les joies du net. A l'époque pas de blogs ni de liens faciles. Les moteurs de recherche débutaient tout juste...
L'ouverture de cette fenêtre sur le monde me permit aussi de m'ouvrir sur cet aspect de moi même que je refoulais plus ou moins... mon attirance pour les hommes, pour leur corps. Ainsi je trouvais des sites publiant des photos de mecs nus.
Je me souviens du temps infini que mettaient les photos à apparaitre à l'écran. L'ordi tournait avec un modem 28000bps, rien à voir donc avec l'adsl. La connection bloquait en outre la ligne téléphonique pendant des heures et il fallait en plus faire gaffe à ne pas épuiser le forfait qui n'était pas illimité...
Parmis les sites en question, je découvrais le site "men on the net" qui existe toujours. Dans ce site, qui était en fait une banque de donnée pour visiter d'autres sites, il y a vait une page "erotic storie" encore consultable de nos jours. Sur cette page figurent trois histoires que j'ai écrites. Je vous livre la première.

Marc était âgé de 22 ans. Il aimait beaucoup le sport et se rendait régulièrement en salle de gym. Il appréciait cette salle car devant chaque appareil était installé un grand miroir, un peu ambré dans lequel il pouvait à loisir voir ses muscles travailler pendant l'effort. Il faut dire que depuis 3 ans qu'il fréquentait cette salle, sa silhouette s'était bien modifiée. Le jeune gringalet aux épaules tombantes était devenu un superbe mec dont les muscles se dessinaient sous la peau et qui attirait sur son passage les regards des filles... et de nombreux autres garçons.
Dans cette salle de gym, il y avait également un Jaccuzzi et un sauna. Lorsqu'il en avait le temps, Marc ne manquait pas de se délasser dans le jaccuzzi avant de passer dans le sauna. Il aimait les remous que le bain bouillonnant faisait autour de lui car celà ressemblait à des caresses sur tout son corps et celà l'exitait beaucoup. Une fois, profitant qu'il était seul, il avait retiré son maillot de bain et avait plaqué son bas ventre contre les jets d'eau du jaccuzzi, offrant ainsi à son sexe un massage qui l'avait rapidement amené à l'extase...
Un jour, Marc se rendit dans sa salle de sport préférée. Elle était quasiment déserte. Au bout de 2 heures de musculation, il décida de prendre une douche et d'aller se faire une scéance de sauna. Il entra dans l'enceinte brûlante. L'air surchauffé du sauna le prit un peu à la gorge. Il s'allongea sur la planche de bois. Il avait une serviette de bain nouée autour de la taille. Comme il n'y avait personne, il la retira et se mit à plat ventre. Il aimait sentir le contact chaud, presque brûlant du bois contre son sexe. Il se mit à bander et sentit que son sexe, coincé entre son bas-ventre et la planche de bois palpitait au même rythme que son coeur.
A ce moment, il entendit la porte du sauna s'ouvrir. Un homme s'y engouffra accompagné d'une bouffée d'air frais. Marc était bien embarrassé car il avait jetté sa serviette à terre et ne pouvait pas se relever, risquant d'exposer aux regards de l'intrus la vue de son sexe en érection.
L'homme comprit son trouble, ramassa la serviette et la tendit à Marc avec un sourire compréhensif. Cet homme était un petit peu plus âgé que Marc, la trentaine environ. De type plutôt méditerranéen, les cheuveux noirs, coupés très court, presque en brosse. Son corps était d'une beauté absolue. La peau était mate. Les épaules étaient très larges, le torse taillé en V. Autour de sa taille, très étroite, était nouée une serviette éponge blanche.
L'homme s'allongea sur le dos et ferma les yeux. Sous l'effet de la chaleur, son corps se couvrit rapidement de sueur et devint luisant, donnant encore un peu plus de relief à sa musculature.
Marc ne pouvait détacher son regard de son nouveau compagnon. Son érection, qui avait disparu lorsqu'il était entré, se reconstitua en quelques instants.
Au bout de quelques minutes, l'homme sortit pour prendre une douche rapide. Quand il revint, il était entièrement nu, ruisselant , tenant sa serviette dans une main. Marc n'en crut pas ses yeux. Il n'avait jamais imaginé qu'un homme pût être pourvu d'un tel membre. L'engin que Marc découvrait n'était pas en érection et mesurait au minimum 25 centimètres. Les testicules avaient chacun la taille d'une grosse mandarine. Le bas ventre de l'homme qui était imberbe était parcouru par un réseau de veines saillantes.
L'homme repris sa place, s'allongea sur le dos et sans se soucier de la présence de Marc, commença à se caresser le torse, le ventre, puis le sexe. Celui-ci commencait à gonfler et prenait des proportions phénoménales. Quand il fut totalement en érection, l'homme semblait avoir entre les cuisses une batte de base-ball de plus de 30 centimètres. Ce sexe gigantesque était plaqué contre le ventre de l'homme et arrivait à la hauteur du sternum, bien au dessus du nombril.
Sans s'en rendre compte, Marc, subjugué par le spectacle, s'était assis et regardait sans se cacher ce mâle superbe et superbement membré qui se masturbait devant lui. Maintenant, il n'avait plus aucune honte. Il retira son pagne distendu par une érection quasiment douloureuse, saisit sa queue et commença lui aussi à se masturber devant l'homme. Celui ci lui dit « viens ! ». Marc s'approcha encore. L'homme se dressa et pressa son corps contre celui de Marc. Les deux sexes se touchaient. Marc sentit contre son ventre la queue brûlante de l'homme. Il n'eut pas beaucoup à se baisser pour la sucer. Il n'avait jamais sucé le sexe d'un homme mais il eut l'impression que celà était instinctif. Il suçait le gland à grands coups de langue, puis descendait sur la hampe, puis remontait encore... L'odeur du sexe l'exitait encore plus. Ca sentait le mâle, tout simplement et Marc se sentait devenir femme devant cette statue vivante.
L'homme arracha son sexe de la bouche de Marc et l'invita à se retourner. Marc était partagé entre le désir et l'angoisse de recevoir un membre de cette taille. Mais l'homme trouva des paroles rassurantes. Marc sentit bientot entre ses fesses le gland qu'il venait de sucer. L'homme cracha dans ses mains pour se lubrifier et poussa lentement... très lentement.
Marc sentait cette colonne de chair pénétrer dans son ventre. Celà lui faisait un peu mal, mais, en se décontractant, il arrivait à se laisser distendre plus facilement qu'il l'aurait pensé.
L'homme ressortit un peu, puis poussa un peu plus fort, gagnant ainsi un peu plus de terrain chaque fois.
Au bout de quelques mouvements de va-et-vient, Marc sentit contre ses fesses le contact velouté des testicules de son amant. Il se sentait complètement rempli. Les muscles de son rectum se contractaient spontanément autour du chibre monumental.
Les mouvements s'accéléraient un peu et le piston entrait et sortait avec un bruit humide. D'une main l'homme caressait le torse de Marc et de l'autre il lui pétrissait les couilles et la queue. Marc sentait contre sa nuque son souffle rauque et saccadé. Il colla ses mains contre les fesses de l'homme pour régler le rythme et la profondeur des pénétrations.
La sueur dégoulinait sur le dos de l'homme et formait un ruisseau qui s'écoulait entre ses fesses puis le long de ses cuisses.
Les deux amants imbriqués l'un dans l'autre firent longtemps l'amour dans la chaleur devenue humide du sauna.
Marc sentit qu'il ne tiendrait pas longtemps. La douleur de la première pénétration avait fait place à une onde de plaisir de plus en plus puissante. Il sentit durcir et gonfler encore le sexe qui le travaillait, signe que l'homme n'allait pas tarder à jouir.
Les mains de l'homme se crispèrent sur les hanches de Marc, puis les mouvements devinrent frénétiques. La belle mécanique huilée que formait le couple allait bientôt exploser.
L'homme jouit en longues saccades. Marc sentit un liquide brûlant l'envahir et l'inonder. Il se sentit soulevé comme par une vague et gicla à son tour de longues gerbes de sperme, puis il perdit connaissance. La chaleur excessive et la violence de l'orgasme avaient eu raison de lui.
Quand il se reveilla, l'homme avait diparu, ne laissant à Marc que le souvenir de la plus grande jouissance qu'il ait jamais éprouvée.

vendredi 17 août 2007

Le PC c'est net...

Bon... 18aout
Bientot une semaine que je suis rentré. Je n'ai pas fait grand chose de cette derniere semaine de congés finalement... Probablement la perspective de la reprise du travail m'inhibe un peu.
J'ai fixé au mur les belles appliques que nous avons ramené de notre lieu de vacance. J'ai aussi tondu la pelouse et un peu desherbé le potager (mais il n'y a plus grand chose à récolter). Le spectacle des plants de tomates dévorés par le mildiou est un peu affligeant et donne parfois envie de tout nettoyer au napalm...
J'ai un peu surfé sur le net histoire de me remettre au goût du jour.
Sinon j'ai fait quelques achats higth tech : un ordinateur de bureau (un HP pavilion) équipé de windows vista (je sais pas vous mais moi je préfère nettement XP) et comme vista ne voulais pas du driver de mon modem wanadoo extense j'ai opté pour une live box. Elle permet l'usage simultané des deux ordinateurs de la maison ce qui soulagera un peu le portable un peu surmené ces temps-ci... J'ai aussi acheté sur le net un lecteur mp3 mp4 pour mon fils qui a 13 ans demain...
Sinon je ne suis même pas allé à la gym car la salle est fermée pour la semaine. Je sens que je suis en train de faire de la mauvaise graisse moi !

mardi 14 août 2007

Sans textile...

Comme tous les jours, ce matin là j'ai rejoint la jetée à vélo.
J'ai traversé à la nage le chenal qui sépare le coté "textile" du côté naturiste. A peine la traversée effectuée, je retire le short et le débardeur que j'avais gardés sur moi. Ils sont collés à ma peau. Je me retrouve nu parmis les nus. Ils ne sont pas légion à cette heure. Je me dirige en bordant la plage vers le lieu de rencontre, à savoir les dunes.
Je gagne la zone où les hommes aiment à se rencontrer. Pas grand monde à cette heure. Quelques habitués âgés et ventripotents. Pourtant l'un d'entre eux fait exception. Jeune (26 ans) il est torse nu mais porte un pantalon blanc taille basse assez moulant. Son corps est top. Finement musclé, sec bref comme j'aime. Je tourne un peu autour de lui. Il s'éloigne et repart vers les dunes. Je le suis, je le perds... Le manège dure un certain temps ce qui me contrarie un peu car je n'ai pas toute la matinée devant moi... Finalement on se croise et il me demande si je vais bien. Il me propose de le suivre. Je n'en demandais pas tant... Il a un coté racaille et parle avec l'accent du pays. Il m'explique qu'il n'a jamais fait "ça" mais qu'il ne veut pas mourrir idiot. Il veut "faire la femme" ce qui me convient, plutôt moi qui suis plus "actif" que "passif"...
Il semble obsédé par deux choses. La peur du voyeur et celle du sida. on se retrouve à s'enfoncer assez loin dans les terres pour échapper aux regards indicrets qu'il redoute tant. Il traine avec lui un sac plastique dans lequel il a emporté un accoutrement de travesti, du gel, des preservatifs et des revues porno... hétéros... Il refuse de se faire embrasser, de se faire caresser et semble assez pressé de "conclure". Peu de préliminaires donc sauf qu'il exige que je mette deux préservatifs (ma bite n'est pourtant pas énorme au point de faire éclater un préservatif). Il se déshabille en partie tout en regardant à droite et à gauche si on ne le mate pas...
Il enfile son accoutrement ridicule (un espèce de soutient gorge et une culotte en dentelle rouge) en me demandant si ça m'excite. Je lui répond que c'est lui et son corps qui m'excite mais je ne veut pas le contrarier... Il m'enduit généreusement de gel et me tourne le dos en se mettant à quatre pattes...
Je me mets donc en position, tachant toute fois de lui prodiguer quelques caresses, histoire de sentir sous mes mains ce corps si beau... il semble désolé de la taille modeste de sa queue.
Il ne bande pas.
J'aventure en lui un pouce histoire de préparer le terrain, j'essaye de l'exciter de mon autre main en caressant son sexe enduit de gel.
Peine perdue...
Je m'enfonce doucement en lui... Il esquisse quelques mouvements de hanche puis souhaite rapidement changer de position. Je m'allonge sur le dos et il s'empale doucement sur moi...
Il regarde toujours à droite à gauche et me demande sans cesse si le(s) préservatif(s) n'ont pas explosés (il me prend pour tom of finland ou quoi ?).
Bref il ne prend manifestement aucun plaisir à la chose, trop inquiet et trop incertain de son goût pour les hommes.
Il renonce finalement à poursuivre l'expérience me laissant en plan avec mes deux preservatifs sur la queue...
Je rentre donc frustré de ne pas avoir pris de plaisir et surtout de n'avoir pas pu lui en donner.
Je suis sa première et peut être dernière expérience homo.
Je reste un peu dubitatif devant ce "cas". Un mec attiré par les mecs va dans un endroit plein de mecs gay.
Pourquoi pense-t-il les exciter avec des dessous féminins ?
Pourquoi se féminiser ainsi pour une première expérience homo ?
Ce type a "fait la femme", il s'est mis des dessous de femme, a été passif (ce qui dans son esprit est un signe de feminité)... encore un qui pense que les homos sont un intermédiaire entre les hommes (les vrais) et les femmes... en tout cas en voila un qui n'était visiblement pas prêt à passer a l'action.

lundi 13 août 2007

Le retour et le jardin...

Bon...
12 août
Je suis de retour de congés... Il me reste une semaine avant la reprise du travail...
J'ai donc passé 15 jours loin de la maison et près de la grande bleue. Pas mal de soleil, trop de vent, un peu de grisaille, beaucoup de mer et une pincée de lac.
Sur le plan sexe : quelques rencontres sur le plage naturiste dont une récurente (le douannier) une étrange (un marin pécheur beau comme un dieu mais n'assumant pas mais alors pas du tout son goût pour les hommes), d'autres plus ordinaires mais toujours agréables... je tacherai de les raconter plus tard...
Demain je tente de reprendre la gym... Il ya aussi le jardin à retaper un peu et des trucs à ranger de ci de la...

En panne, zut...

Bon...
2 aout... St julien
Un petit billet écrit depuis mon lieu de vacances. J'ai l'esprit un peu embrumé par le verre de Frontigan que je viens de boire...
Le temps n'est pas terrible. On est passé du vent du nord au vent du sud. Le ciel s'est paré d'une couverture grise uniforme... Le temps n'est guère propice aux ébats en plein air. J'ai tenté ma chance dans les dunes proches du camp naturiste... Pas grand monde... Un douanier du coin semble avoir jeté son dévolu sur moi. Mais apres quelques attouchements j'ai rapidement compris que l'interessé avait quelques problèmes disons... techniques et quelques pannes qui réduisaient un peu l'intérêt de notre rencontre...
On a donc un peu causé de nos vies respectives...
Je n'ai plus qu'à espérer que le temps s'améliore et que d'autres rencontres viennent agrémenter un séjour vacancier un peu ennuyeux...

Propulsé par DotClear