Journal d'un Egoïste

Calendrier

« juillet 2008 »
lunmarmerjeuvensamdim
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031

Syndication

lundi 28 juillet 2008

Avant de partir...

28 juillet.
Bon...
Dernier ou avant dernier poste avant la fin du mois et avant les vacances...
J'aime bien la semaine qui précède les vacances... Malgré le travail qui est plus stressant que d'habitude en raison de l'absence des collègues de travail, je me sens plus volontaire en essayant de ne pas accumuler un retard que je retrouverais a mon retour...
A la maison je suis pris d'une folie ménagère afin de ne pas retrouver une maison déprimante à notre retour... J'ai ainsi rangé et nettoyé la véranda dont le sol était jonché d'insectes morts et encombré d'objets divers...
J'ai aussi classé des documents bancaires et autres, payé des factures, envoyé un avis favorable à un devis pour pose d'une chaudière à condensation...
Au jardin je ne me crève pas trop pour désherber vu que tout aura repoussé dans 3 semaines. L'arrosage automatique est réglé et un copain viendra récolter les légumes pendant notre absence...
Demain j'aurais plus de temps pour continuer quelques préparatifs de départ... et de retour...

mercredi 23 juillet 2008

Aller dans les dunes...

23 juillet.
Bon...
Quant faut y aller faut y aller...
Je boude le blog ces temps ci. Le travail, le beau temps, le jardin qui me retient loin du cyber monde assez tard dans la soirée, et la lecture du dernier bouquin de Fred Vargas (Un lieu incertain) que je viens d'achever hier (et que je vais relire). Je passe plus de temps à lire les blogs des autres qu'a nourrir le mien... la vie quotidienne ne change guère.
Je continue d'aller au travail en vélo, d'aller à la gym quand je peux (c'est à dire pas souvent), de récolter des haricots verts et des pommes de terre dans le jardin. Il va d'ailleurs falloir que je trouve un moyen pour augmenter le rendement de mes cultures car je trouve que 2 Kg de patates pour un rang c'est vraiment pas terrible !
Je suis en congés dans 10 jours. De retour bientôt sur les plages de l'Hérault et peut être dans les dunes mal famées de certaines de ces plages....

samedi 19 juillet 2008

Merci à vous...

18 juillet.
Pas de mise à jour depuis mon dernier billet. J'ai lu les commentaires qu'il a suscité et répondu à la suite de ces commentaires, mais la réponse n'est pas apparue (j'ai du effacer le message en pensant l'expédier).
Tout d'abord merci pour ces commentaires. Certain(e)s me conseillent d'interrompre mes relations avec ma femme, d'autres me suggèrent de faire la paix... tous cherchent à m'aider et je les en remercie.
Je ne demandais à vrai dire aucun conseil. J'ai écrit ce billet pour me vider un peu l'esprit, parce que j'en avais besoin... C'est l'avantage de ce blog qui fait office de journal intime, ouvert pourtant sur le monde entier par la "magie" du net. Je n'ai aucune solution à mon problème actuel car ce n'est pas mon problème c'est notre problème et que les décisions doivent se prendre à deux (voire à quatre vu que les enfants sont concernés). Si ma femme me proposait une séparation j'accepterais (presque avec joie), mais lorsque le sujet fut abordé elle m'a déclaré qu'elle "coulerait" en cas de séparation, ce dont je ne doute pas... Trop fragile physiquement et psychologiquement et matériellement trop dépendante de moi (ce dont je ne me vante pas, mais c'est un fait).
Actuellement les choses reprennent leur cours. Chacun a essayé d'être gentil et de bonne volonté, de mettre en œuvre les bonnes intentions déclarées à la fin du conflit. Seulement le quotidien et le naturel reviennent au galop. Jusqu'à la prochaine fois... Je n'ai pas trop le cœur à causer du jardin, de la gym, du (cyber) sexe, de la politique, de ce que je ferai demain ou ce weekend, de mon adhésion ratée à une complémentaire santé ou du fait que je suis allé travailler aujourd'hui avec deux chaussures différentes.
J'ai fini de lire "La valse lente des tortues" et j'ai commencé le dernier roman de Fred Vargas, que je trouve moins savoureux que le dernier (mais je pense que cela vient de mon état d'esprit).

samedi 12 juillet 2008

Break... down !

11 Juillet.
Bon...
Lors de mon dernier billet, je relatais une dispute (une de plus) avec ma femme... Après une accalmie passagère une nouvelle réplique a ébranlé les fondations déjà fragilisées de notre existence commune...
Persuadée que son fils lui faisait la gueule et probablement que j'étais à l'origine de ce comportement, ma femme a re-craqué, montant dans sa chambre et menaçant d'en redescendre plus brutalement, par un autre chemin, si possible après avoir vidé un tube de lexomil. Je la laisse monter, ne sachant pas trop que dire.
J'imagine l'horrible scène, la fenêtre qui s'ouvre, le corps qui bascule dans le vide, traverse la verrière de la véranda et s'écrase sur la table où sont réunis les enfants qui jouent aux cartes...
Je me décide à monter dans sa chambre en demandant à mes enfants de m'accompagner car leur comportement semble être à l'origine de cette poussée d'angoisse et de déprime. Je les enferme tous les trois dans la chambre leur sommant de se parler, de se dire ce qui ne va pas entre eux, de briser la glace...
Je redescend, en proie à une agitation croissante, je remonte dans la chambre, constate que rien ne se fait, que ma femme est prostrée sur son lit refusant de parler à ses enfants, que ceux ci sont immobiles, plantés devant elle. Je commence à perdre le contrôle de mes nerfs (mais je l'ai déjà perdu depuis longtemps), j'ouvre la fenêtre de la chambre, empoigne ma femme et lui montre le vide dans lequel elle menaçait de se jeter un instant plus tôt au risque de l'y précipiter.
Je me reprend, referme la fenêtre... On finit par discuter tous les quatre. La discussion va durer au moins une heure... on va finir par se dire des choses qu'on ne se disait plus depuis des années, on évoque même l'idée d'une séparation sans pouvoir s'y résoudre. On passera avec ma femme une partie de la fin de la soirée blottis l'un contre l'autre, regrettant le temps où "ça allait" entre nous, se promettant chacun de faire un effort, de respecter l'avis des autres, de faire davantage de choses ensemble, de recoller les morceaux voire de se retrouver sur le plan sexuel...
Surtout ne pas brusquer, ne pas forcer...
J'écris cet épisode de notre vie familiale qui aurait pu très mal tourner prés d'une semaine après qu'il se soit produit, avec une certaine honte d'étaler sur ce blog un moment aussi pénible et aussi intime entre d'autres articles plus légers.
Je ne le fais pas par exhibitionnisme mais parce que j'en éprouve le besoin... aujourd'hui, avec le recul je revois cet épisode avec effroi tant il est vrai que ce genre de situation peut dégénérer...

mardi 8 juillet 2008

Orage et ciel couvert...

7 juillet 2008.
Bon...
Quelques mots pour ceux qui ne sont pas en vacances...
Ma journée d'hier fut contrastée. Matinée radieuse comme le temps. J'ai passé 3 heures non stop dans le jardin pour tondre la pelouse, désherber, mettre du compost au pied des courgettes, couper des branches encombrantes, etc.
Le repas de midi fut troublé par une engueulade avec ma femme comme cela arrive quelques fois dans l'année (la dernière fois j'avais carrément "débarrassé" la table en tirant sur la nappe et en envoyant tout valdinguer au sol). Cette fois si ce fut moins violent. Le sujet de la dispute concernait l'attitude à avoir vis a vis de mon fils, 14 ans, qui traine son adolescence nonchalante avec son copain de vacances entre l'ordinateur et la télé... comme d'habitude les vielles rancœurs datant de plus de 10 ans sont remontées à la surface... bref le temps s'est brusquement couvert... J'ai fui la maison en emmenant les enfants à la piscine puis au bowling puis au restau, Madame exigeant d'être seule tout en nous reprochant de l'abandonner. Elle a même jeté un objet que je lui avais offert la veille après une après midi shoping... (objet que j'ai récupéré et planqué en attendant des jours meilleurs. Elle pourra toujours le refiler à quelqu'un plus tard si ça lui chante, mais la poubelle : pas d'accord)...
Aujourd'hui ciel de traine dans le climat familial, service minimum sur le plan des paroles...
On est loin de la réconciliation sur l'oreiller....

samedi 5 juillet 2008

Vargas à la gym...

2 juillet.
Bientôt plus personne pour lire le blog. Vacances obligent, certains d'entre vous vont griller sur les plages du sud de la France ou d'Espagne ou d'ailleurs en matant les bomecs qui trainent dans leur champ de vision... pas grave, je vais tenter de continuer à écrire mon stock de banalités sur le jardin, sur le temps qu'il fait dans le ciel et dans ma tête, et sur tant d'autres trucs sans vraiment d'intérêt...
Sinon je suis dans la lecture du dernier bouquin de Catherine Pancolt, la valse lente des tortues (suite des yeux jaunes des crocodiles) que j'avais lu en avril dernier pour tuer le temps au cours d'un voyage pluvieux en Espagne... J'ai aussi appris que Fred Vargas avait sorti un nouveau livre que je vais certainement me procurer en urgence extrème...
Sinon ben je continue à faire du sport dans la nouvelle salle où je me suis inscrit. J'y ai retrouvé pas mal d'inscrits de la salle que j'ai provisoirement quittée pour cause d'horaires d'été trop restrictifs... moi qui voulait voir de nouvelles têtes (et de nouveaux corps?), c'est plutôt raté...

Le concombre et la statue...

29 juin.
Bon...
Fin de week end donc morosité de dimanche soir avant la reprise du boulot...
Le samedi fut un peu sportif (le matin) un peu jardinier (l'après midi).
Ce dimanche fut touristique : sortie avec mes enfants et un de leur copain (Mme s'est défilée au dernier moment) direction Chaumont sur Loire pour visiter le festival des jardins. C'est devenu une habitude ce festival. On y va presque tous les ans visiter ces parcelles organisées en fonction d'un thème qui change chaque année et dont le lien avec les aménagements est parfois difficile à établir... Cette année c'est le "partage au jardin". En réalité j'ai moins aimé que les fois précédentes. Manque d'imagination ? de moyens ? d'originalité ? d'interactivité ? ou peut être que cela vient de mon humeur morose et de la fatigue découlant des presque 2 heures pour se rendre sur les lieux. Je me rappelle d'un thème plus "porteur" il y a quelques années :
"l'érotisme au jardin", avec un jardin représentant une armée de concombres partant à l'assaut d'une statue féminine lascivement étendue dans une cage... ça valait ce que ça valait... mais c'était amusant.... on verra l'année prochaine si l'impression se confirme...

Propulsé par DotClear